Grand Corps Malade, mon coup de cœur musical de l’année 2013Des hauts & débats | Des hauts & débats

Grand Corps Malade, mon coup de cœur musical de l’année 2013

Jusqu’à il y a encore quelques semaines, je n’avais de Grand Corps Malade que l’image de ce grand bonhomme marchant de guinguois, appuyé sur sa canne… Je savais bien entendu qu’il s’agissait d’un artiste dont la particularité était le slam ; je ne le connaissais qu’à travers son duo avec Calogero puis celui avec Zaz, formé à l’occasion de Taratata pour la réinterprétation de La foule, mais je n’étais pas allée chercher plus loin.

Je m’étais construite l’image d’un artiste que la vie n’avais pas épargnée, et je craignais que ses textes, comme ceux de la plupart des rappeurs auxquels le slam me fait penser, ne traitent que de son rejet de la société, de la banlieue, etc…

Et puis il y a quelques semaines, j’avais envie de nouveauté dans mon lecteur MP3.

Style: "alissa-01"

J’avais d’abords pensé à l’album de James Blunt, dont le 1er single me plait assez, mais à l’écoute du reste de l’album, les autres titres ne m’ont pas réellement convaincue. Et puis le player fourni avec Windows 8 sur mon ordinateur me permettait d’écouter gratuitement l’intégralité du nouvel album Funambule de Grand Corps Malade. Le single éponyme passait sur les ondes depuis quelques temps et je l’appréciais assez, suffisamment pour avoir envie de découvrir le reste; je lançais alors la lecture…

Le premier titre joué fut Le bout du tunnel. Sur le coup, j’ai pensé que cette chanson parlant d’un homme emprisonné suite à un fait divers, allait me conforter dans l’opinion que j’avais de Grand Corps Malade, mais à l’écoute attentive du texte, j’ai compris que l’angle abordé n’était pas celui de la plainte et du rejet du système mais bel et bien celui de l’espoir et de la “rédemption” en quelque sorte.

Les titres défilant les uns après les autres, j’ai fait la connaissance d’un père touchant, d’un artiste passé maître dans l’art de manier avec une magistralité incontestable la langue française. J’ai découvert un poète contemporain, moderne, qui joue et jongle avec les mots avec une aisance incroyable.

Ses textes sont d’une réelle beauté, dégagent une sincère émotion et me touchent tous, les uns après les autres. On est vraiment à mille lieus de l’image du rappeur/slammeur que j’avais pu me forger de lui et c’est vraiment une étonnante découverte pour ma part. J’ai ressenti pour cet album un réel coup de cœur dès la première écoute, j’ai été cueillie et réellement charmée, séduite. Je m’incline et admire son exceptionnel talent d’écriture.

La tanguera que je suis ne peut bien entendu vous parler de cet album sans remarquer tout particulièrement le 1er titre de cet album : Au théâtre, une très allégorie de la vie, mise en musique sur un rythme de valse argentine.

J’ai aussi énormément appréciée la présence de Francis Cabrel dans La traversée ; il joue, avec Grand Corps Malade, le rôle d’un patron de café. Ils sont installés l’un et l’autre de part et d’autre d’une même place, s’opposant pour les charmes d’une belle s’installant à la terrasse de l’un ou de l’autre selon le cours du soleil dans le ciel. Bon je sais, dis comme ça, l’histoire perd tous son charme, mais la chanson vaut vraiment le coup d’être écoutée avec attention.

Et enfin, LE titre qui surclasse tous les autres pour avoir su allier poésie, classe, sensualité et érotisme, c’est Les 5 sens. C’est un vrai petit bijou, une véritable petite perle !!!

Copyright © 2013 “Des hauts & débats” by LadyMilonguera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :