Faut-il supprimer des jours fériés ?Des hauts & débats | Des hauts & débats

Faut-il supprimer des jours fériés ?

Alors que le mois de mai bât son plein et nous a amené son cortège de jours fériés et de ponts, certaines voix s’élèvent, parmi lesquelles celle notamment de Valéry Giscard d’Estaing, pour réclamer la suppression de ce 8 mai, notamment au prétexte qu’en cette période de crise, il serait plus raisonnable d’aller travailler.

126411908

En effet, si en moyenne, le coût des jours fériés est estimé à près de 2 milliards d’euros, cette année, avec la possibilité de faire des ponts qui surgit 3 fois en ce mois de mai, certains chiffres prévoiraient que ces ponts coûteraient près de 4 milliards d’euros à l’économie française. Or, selon certains, cette perte à gagner serait un luxe que nous ne pourrions plus nous payer en cette période.

754-130507205123919-1-000

Ce qui m’énerve dans ce raisonnement, c’est que ceux qui le conduisent nous résument à de simple travailleurs, à des bêtes de somme en quelque sorte et réduisent notre société à une simple société de production.

Tout d’abords, sachez que la France, avec ses 11 jours fériés annuels, se situent dans la moyenne, haute certes, mais moyenne quand même, sur le plan mondial.

De plus, selon Eric Heyer, économiste à l’O.F.C.E., le faible impact de la croissance française annihilerait l’impact des jours fériés , car les entreprises subissent bien plus une crise de demande qu’une crise de l’offre, comme ça pouvait être le cas jusqu’en 2008.

Enfin, pour ce qui est des ponts et donc de la possibilité de poser un vendredi, ces économistes semblent oublier que les jours posés ne sortent pas de nulle part. Ce sont, soit des jours de RTT soit des jours de congés payés, pris en ce mois de mai. Il s’agit donc de jours qui ne sont plus à prendre et qui seront « rattrapés » au fur et à mesure que l’année va s’écouler. Leur effet sur la production économique mensuelle de ce mois de mai sera donc annulée sur l’année complète.

Un autre argument plaidant en la suppression de ce 8 mai concerne son sens auprès des jeunes générations qui, lorsqu’on les interrogent, semblent avoir oublié le pourquoi de cette journée. Alors que cette journée commémore un événement seulement vieux de 70 ans, beaucoup semblent avoir ignoré son symbolisme. Devrait-on donc se plier devant l’inculture générale alors que des gens qui ont vécu la 2nde guerre mondiale, qui en ont souffert, qui se sont battus pour la France sont encore vivants ! Cette journée commémore notre victoire sur le nazisme et quand on voit le score que peuvent faire certains partis d’extrême-droite de nos jours, il est évident que cette victoire pourrait ne rien avoir de définitif. Cette journée a donc son importance et il est primordial de faire perdurer la Mémoire. A mon sens, le fait qu’un micro-trottoir réalisé sur des jeunes incapable de donner la raison de l’existence de ce jour férié ne prouve pas l’inutilité de cette journée, mais plutôt le manque d’efficacité du travail de mémoire qui eut être fait actuellement, dans nos écoles notamment.

Comme je le disais plus haut, cette polémique semble se résumer à un problème de chiffre d’affaire et de rentabilité. Or, nous ne sommes pas que des travailleurs. Nous sommes aussi des pères, des mères, des frères, des sœurs, des conjoints, des enfants, etc…

Nous avons des amis, des familles et ces jours fériés, s’ils ne sont pas économiquement rentables, sont profitables pour la santé, pour la détente, pour le bien-être, pour resserrer des liens amicaux ou familiaux qui ont peut-être tendance à se distendre par ailleurs.

Ce sont des journées propices aux réunions familiales, aux activités de loisirs, indépendamment des revenus des uns et des autres ; si certains choisissent de les mettre à profit pour partir et voyager, les plus modestes peuvent en profiter pour passer du temps ensemble, se promener à proximité de chez eux, à la plage, se balader à la campagne ou randonner en montagne, profiter de la météo pour aller pique-niquer, jouer en famille, se réunir autour d’un barbecue, etc… bref, prendre du temps ENSEMBLE. Pour ma part, j’étais heureuse le week-end dernier de pouvoir partir en week-end sur la Costa Brava avec mon homme, mais je suis aussi très heureuse ce week-end que mon frère et toute sa petite famille aient pu profiter de ce pont pour venir nous rendre visite chez nos parents. Les occasions de se réunir se font si rares.

0000128947-0

Des efforts pour sortir de la crise, j’ai le sentiment qu’on en fait déjà beaucoup : hausse d’impôt, blocage des salaires, …

Faut-il encore commencer à grignoter sur nos jours fériés, qui ont d’autres vertus que la seule valeur économique ?

De plus, si l’on devait réellement supprimer un jour férié, une république qui se veut laïque ne devrait-telle pas plutôt supprimer un jour férié religieux, plutôt qu’un jour qui commémore une journée importante pour les valeurs qu’elle défend ?

Copyright © 2014 “Des hauts & débats” by LadyMilonguera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :